Accueil / home ConstanteUnion - Mayreau

English Francais

Voyage de Union à Mayreau et séjour à Mayreau

6 Mars 2010, Nous levons l'ancre et slalomons parmi les autres bateaux pour sortir. A l'extérieur de ce parking à bateaux, j'établis la grand voile à 2 ris, oriente le voilier pour contourner l'île au vent, et déroule le génois. Constante marche bien, toujours dans des conditions quasi-idéales. Le ciel est magnifique, l'eau cristalline et le vent abondant. Nous arrivons en face de Whistle bay à 13h30. J'ai tellement mal à la poitrine que Meng est obligée de tirer sur la commande de l'enrouleur. L'endroit est magnifique, mais je souffre d'une douleur aigüe ; satané départ un vendredi, la malédiction me poursuit ! Vers 16h30, nous prenons tous un bain dans cette eau merveilleuse, mais je peux à peine respirer à cause de la pression de l'eau sur ma poitrine. Je termine la journée sur les genoux. Une grande satisfaction cependant, nous pouvons vraiment récupérer ici. Le plan d'eau, en plus d'être vraiment superbe, est calme et très bien protégé.
Le lendemain, nous embarquons, comme tant de fois, sur notre annexe pour nous lancer à la découverte de cet endroit inconnu. Droit devant, nous reconnaissons le catamaran responsable de ma douleur. En riant (moi à moitié), nous leur expliquons comment je me suis blessé lors de notre accrochage. Immédiatement conviés à bord, un des passagers, une Polonaise chirurgien généraliste m'ausculte attentivement. Le diagnostic tombe comme une douche froide : fracture de la côte. Elle me donne une tablette de comprimés pour éliminer la douleur et nous voilà repartis pour la terre ferme. La plage est superbe, l'eau s'y prélasse en caresses langoureuses ; que c'est beau ! Nous rencontrons des Français avec les quels nous marchons vers le village de Mayreau. Meng dépense 20USD pour l'achat d'un livre de poche. C'est pour la bonne cause, les recettes d'une histoire décrivant la vie précaire de 8 mères de familles nombreuses,  aident les habitants de cette île dans leur quotidien. Nous ne pouvons réfréner notre effarement face à ces femmes capables d'engendrer 10, 11 voir 14 enfants pour l'une d'entre elles. La plupart sont encore en vie, dans l'ombre indifférente de quelques cahutes écrasées de soleil. Nous visitons une petite église sur le toit de l'île. Je pense à mes parents qui se trouvaient ici il y a plus de 10 ans. La vue sur les Tobago Cays est saisissante. Comment décrire le mariage des verts clairs aux turquoises et bleus marine de cette étendue magnifique. Nous plongeons nos yeux dans cet univers de beauté naturelle en souhaitant secrètement ne jamais en oublier le moindre détail. Les petites ne s'en soucient pas, elles jouent et se pourchassent dans les ruelles de cet endroit semi-mort. Les gens, ni vraiment aimables, ni hostiles, déambulent lentement sous la chaleur et la sécheresse. Le manque d'eau affecte Mayreau plus fortement qu'ailleurs car l'île n'est pas souvent ravitaillée. Nous revenons sur la plage où nos amis polonais tentent de négocier un thon de 5 kilos. Leur regard interroge celui de Meng qui est bien renseignée sur le sujet. Naïve, elle se lance en face du pêcheur dans une étude du marché des Caraïbes qui placerait le prix de ce poisson bien au-dessous du tarif demandé. Partout ailleurs, la livre de poisson se vend 8EC, soit 80EC pour ce thon. Le pêcheur local en demande 160 ! Il se montre de plus en plus agressif et se dirige vers moi en m'invectivant pour que je retire ma femme de la table des négociations ; elle est en train de lui casser son business ! Dans l'état physique où je me trouve actuellement, un dos fragile, un cou raide, la vue basse, les reflexes d'un quadragénaire, une côte cassée, je ne me sens pas idéalement placé pour faire les yeux durs. Je rappelle Meng calmement et lui fait comprendre que le vilain pêcheur malhonnête en a après elle. Nous repartons quelque peu écœurés vers Constante. Heureusement, il n'y aura pas d'autre incident de ce genre.
 



>> Plus de photos / more pictures

Nous contacter - Mentions Légales  - Copyright 2007 - 2011